La cinétographie Laban...

Rodolf Laban
... est un système d’écriture pour le mouvement publié en 1928 par Rudolf Laban. Ce système n’est pas seulement une retranscription du mouvement, c’est aussi un fabuleux outil d’analyse.
Après avoir étudié très minutieusement les lois de la cinétique humaine ainsi que les essais antérieurs d’écriture de la danse, Rudolf Laban a construit son système autour de quatre règles fondamentales traduites en quatre questions :
Que se passe-t-il?
Quand cela se produit-il?
Combien de temps cela dure-t-il?
Quelle personne ou quelle partie du corps exécute ce mouvement?Des symboles sont placés le long d’une portée verticale qui se lit de bas en haut. La ligne verticale centrale renvoie à l’axe longitudinal du corps et rappelle à la fois sa situation verticale et son lien avec la gravité. Les symboles inscrits le long de cette ligne centrale correspondront donc aux appuis au sol (la plupart du temps, les pieds) ; tout ce qui est inscrit à droite de la portée renverra à la moitié droite du corps, et tout ce qui est inscrit à gauche renverra à la moitié gauche.
C’est l’une des principales inventions de Rudolf Laban visant à doter la danse d’outils scientifiques.  Depuis 1959, la cinétographie Laban est coordonnée au sein d’une organisation internationale à but non lucratif : l’International Council of Kinetography Laban.  Tous les deux a lieu un congrés afin que les chercheurs et praticiens de ce système d’écriture puissent partager leurs expériences.
En 2015, cette organisation compte une centaine de membres provenant de plus de 25 pays.
S’il est principalement utilisé dans le domaine de la danse, ce système d’écriture trouve aujourd’hui des applications dans d’autres disciplines s’intéressant au mouvement humain ou anthropomorphe, comme l’éducation, l’ethnologie, les pratiques somatiques ou la recherche.